Lazarus tome 1 – Pour la famille

sortie il y a presque 2 ans aux USA, Lazarus est le nouveau récit de science-fiction paru récemment chez Glénat Comics.

Editeur : Image comics / Distribué par Glénat Comics pour la France

Date de sortie : 9 Octobre 2013 aux USA / 15 Avril 2015 en France

Auteurs : écrit par Greg Rucka, dessinée par Michael Lark, mis en couleur par Santi Arcas 

Fiche Image Comics Fiche Glenat BD 

Prix : 9,99$ pour l’édition anglaise / 15e en Française

Format : Paperback pour la version anglaise, Hardcover pour la françaises

Particularité : 

  • 3 volumes publiés aux USA (17 épisodes), 1 seul pour le moment disponible en français
  • Ne regroupe que les 4 premiers épisodes, là ou généralement un Trade Paperback regroupe les 5 ou 6 épisodes d’une série.
  • Acclamé par les sites internet (IGN, Comic Book Ressources) mais aussi par ses pairs (Brian Michael Bendis, J.H. Williams III)

Le monde,  

Maintenant les mensonges ne sont plus dans les frontières politiques, étatiques ou géographiques, mais dans celle financières, l’argent défini votre territoire.  

La santé est le pouvoir,  

Et le pouvoir reste seulement dans les mains de « familles » et seul ceux qui fournissent ce service aux familles régnantes sont pris en charges.  

Les autres sont des déchets. 

Au sein de chaque « familles », un membre bénéficie du meilleur, tout lui est offert : Entrainement, Technologies, Moyens, chaque avantages scientifiques et technologiques. Cette personne est l’épée et le bouclier de sa famille, sont bras armée, le protecteur, leur Lazarus. 

Dans la famille Carlyle, le Lazarus s’appelle Forever, Ceux-ci est le début de son histoire. 

L’histoire prend place aux Etats-Unis, dans un futur que nous pouvons imaginer comme relativement proche. Le pays n’a plus de gouvernement, plus d’armée, plus de société. Des frontières géographiques sont définies par l’argent et la puissance, des territoires appartiennent à de puissantes familles régnants d’une manière féodales sur leur terre. On distingue 3 types de classification des êtres humains sur les terres :

  • Les membres des familles 
  • Les serfs, servant les familles en fonction de leurs capacités, les familles prennent soin d’eux mais sont intransigeant sur les règles/lois.
  • Les Wastes/déchets, le reste de la population, les familles n’ont aucune considération pour eux et ne font rien pour les aider.

L’histoire débute par la mort de Forever, tué par des « Waste/déchets », qui tente de survivre en essayant de voler de la nourriture dans un complexe de la famille Carlyle. Apres avoir était tuer, Forever revient à la vie (un avant-gout de ses « capacités » de Lazarus.) et élimine les wastes. Forever nous est alors présentée comme une meurtrière froide, sans remord, qui ne fait que protéger sa famille et « répandre » la justice.

L’histoire est bien évidement plus complexe. On découvre au commencement que sa famille a été attaqué par les forces d’une la famille rivale, les Morray (non je ne ferais pas cette blague !). Elle est donc, en tant que Lazarus, chargé d’enquêter sur cette histoire. Elle ne croit pas en la théorie de l’attaque par la famille Morray et son père non plus. Il la charge donc de mener une mission diplomatique avec la famille rivale.

Sur fond de complots et de mensonges, Forever est entrainé dans une histoire ou les coupables ne sont pas ce qui semblent l’être, Sa famille lui cache quelques choses.

Lazarus est une de ses histoires complexe que l’on aime dévorer. Pleines de rebondissement, on ne sait pas grand-chose du personnage principale Forever, car c’est justement autour de cela que tourne l’histoire. Sur le fond l’histoire est plutôt bien narré et les personnages ont tous leur importances et un certains charisme. On ne se retrouve pas avec une coquille vide quelques part. On apprécie que l’histoire prennent lieu dans une Amérique dévasté par des cataclysmes et ou l’organisation sociétale est complètement modifier. Le fonctionnement très hiérarchisé, pour ne pas dire « féodalisé » donne l’impression d’une histoire médiévale porté dans univers futuriste.

Petit bémol, On a un peu du mal au début de l’histoire a savoir qui parle à Forever et quelles sont les relations entre les personnages. Aucun nom n’est cité et nous n’avons pas d’informations sur les personnages.

ela fait longtemps que je cherchais un comics de science-fiction réellement prenant. J’ai trouvé ce que je cherchais avec Lazarus. Comme dit plus haut dans la review je trouve l’histoire intrigantes et prenante du fait de l’accumulation de complots et de secret. Le fond est bon et la forme est agréable grace a une belle mise en valeur de l’histoire par ses dessins et sa couleur. On trouvera peut-être à redire sur les multiples et impressionnantes effusions de sang a la Takeshi Kitano (Les bras geysers et les corps fontaines de sang…) !

Je ne peux pas noter la qualité du livre cartonné proposé par Glénat, ne l’ayant pas eu en main mais si il est de même facture que l’ensemble de leur collection de bande dessinée je ne me fait aucun soucis a ce sujet. Pour la version proposée par image comics c’est le typique TPB, la couverture cartonnée est relativement belle mais comme l’ensemble des Trade Paperback le livre a tendance à l’abimer rapidement. Attention !

 

On regrette néanmoins le fait que ce premier libre ne soit pas plus épais (seulement 4 épisodes) mais d’un autre coté cela permet au lecteur à la recherche d’une nouvelle série de réaliser un faible investissement (9.99$) et c’est appréciable !

Le dessin et la mise en couleur sont très réussit. Malgré le cadre les décore dévasté et désertique les dessins sont relativement détaillés et varié. Du coup on se retrouve à passer d’une planche à dominance bleue à une grise, puis une marron, puis une verte, …

C’est assez particulier mais ce n’est pas monotone non plus.