Deadpool The Complete Collection Vol 1 – Critique

Deadpool, the merc with a mouth nous est présenté aujourd’hui sous sa version « The Complete Collection », un gros paperback de 472 pages.

Editeur : Marvel

Date de sortie : 17 Juillet 2013

Auteurs : Daniel Way, Andy Diggle, Steve Dillon, Paco Medina, Carlo Barberi, Bong Dazo

Fiche Editeur

Prix : 34.99$

Format : Hardcover 1/12 – Regroupe les 2 premiers Paperbacks soit 12 volumes papiers

Langue : Anglais – D’autres histoires de deadpool sont éditées en français.

Particularité :

  •  Ce livre est un recueil de 3 mini-séries consacrées à deadpool dans divers univers.  Sont présentées dans ce volume 1 :
    • Deadpool – Wolverines Origines #21 – #25
    • Deadpool #1 – #12
    • Thunderbolts #130 – #131

Qui est rouge et noir, a tué tout l’univers Marvel et raconte plus de blagues que The Amazing Spiderman? C’est bien Deadpool!

Tout le monde ou presque connait Deadpool pour son coté mercenaire déjanté, ses blagues. Mais beaucoup ne connaissent pas les origines du personnage en lui-même. Wade Wilson, alias Deadpool est un de personnage schizophrène, génétiquement modifié en laboratoire et possédant certains pouvoir de wolverines. Pour les plus anglophones d’entre vous voici une fiche complète du personnage : Deadpool – Marvel Universe ou vous trouverez l’ensemble de son histoire depuis la mort de sa mère lors de sa jeunesse.

Comme expliqué précédemment le livre divisé en plusieurs parties. Cette critique va donc en suivre le cheminement sans dévoiler complètement l’histoire et ainsi gâcher le plaisir à d’éventuels lecteurs.

Wolverine Origins #21 - #25

Deadpool est engagé pour tuer Logan. Il va mettre les grands moyens et sortir toutes ses techniques les plus fourbes et absurdes pour parvenir à ses fins.
Après un combat acharné ou il perd encore une fois plusieurs de ses membres il réussit finalement à maîtriser Wolverine.

aac68eba78a16ccb7aea51f1d898a61a
Fidèle à ses habitudes, Deadpool aime dans cet épisode raconter les tenants, aboutissant et raisons de cette « chasse », l’histoire qui se cache derrière mais surtout, il aime se vanter et trash talk sa victime du moment. Mais en réalité, il est loin de s’imaginer qui est réellement son commanditaire et les raisons de ce contrat.
D’autres personnages de l’univers Marvel, pour le moins inattendus, font ainsi apparition dans cette histoire. C’est toujours aussi efficace.

#1 - #3 / One of Us

Dans cet épisode, les Skrulls envahissent la terre. Heureusement pour nous Deadpool est là pour nous sauver… Oh wait?! Deadpool sauver la terre ? Nous connaissons tous Deadpool pour son penchant à la destruction et à la mort de ses congénères, on ne s’attend donc pas vraiment à ce qu’il sauve la planète, sauf si c’est contre de l’argent !

deadpool skrulls

J’aime particulièrement cette deuxième parties car elle est riche en rebondissements et en humour, comme toujours.

#4 - #5 / Horror Business

Deadpool est engagé par le colonel Zeke pour aller en Europe de l’Est ramener sa femme et tuer le docteur Druek Lovosno. Sa femme a été transformée en zombie après une opération de chirurgie esthétique et le docteur la retiendrait prisonnière. Le mercenaire va avoir à faire avec une petite armée de zombie!

Dr._Lovonso_with_Mrs._Zeke_and_his_zombies

Encore une fois c’est du grand n’importe quoi (dans le bon sens du terme), de l’humour potache et graveleux.

#6 - #7 / How low can you go

De retour de sa mission, Deadpool est attaqué par le redoutable Tiger Shark, mi-homme mi- requin tigre, qui a été engagé pour éliminer le mercenaire. Deadpool rencontre également un agent d’Hydra complètement débile qu’il connaît bien !

3089272-deadpool00610

#8 & #9 - Thunderbolts #130 & #131 / Magnum Opus

Maintenant que Deadpool en sais plus sur celui qui a engagé Tiger shark pour le liquider, il n’a plus qu’une idée en tête : La vengeance. Il se rend donc à la tour Avengers…  ou l’attendent les remplaçant des Avengers : Les thunderbolts !deadpool - Thunderbolts #130

#10 - #12 / Bullseye

Quand Deadpool n’est pas engagé pour tuer, c’est lui la cible. Et encore une fois, il est traqué par une de ses vieilles connaissances. Ici c’est au tour de Bullseye. On en apprend un peu plus sur la jeunesse de Deadpool et ses premiers meurtres !

Deadpool est un de ces classiques dont on ne se lasse pas. L’humour est décapant et décalé. Les blagues drôlement puériles, graveleuses parfois, couplées à des monologues ou dialogues avec le lecteur rythme l’histoire. C’est le premier comics qui a introduit les discours avec le lecteur et c’est un petit plaisir unique à l’univers Deadpool d’avoir à chaque page une alternance de dialogue avec nous, de « monologue entre Deadpool et son cerveau » et de pensées. Toujours très sanglant Deadpool est un de ces anti-héros qu’on aime principalement car il est amoral et qu’il se retrouve toujours dupé par absolument tout le monde. Ses commanditaire l’embauchent et le trahissent, il n’est pas payé, il est régulièrement utilisé pour des expériences scientifiques et meurt pratiquement à chaque numéro.

Ce qu’on aime aussi dans les comics Deadpool, c’est le scenario complètement déjanté et tire par les cheveux. Les histoires vont de rebondissement en rebondissement, et des flash-back/retour en arrière ponctuent les histoires.

Graphiquement les dessins sont modernes et agréable, ils sont vraiment beau et font très bien leur boulot. La colorisation est jolie.