Black Widow, Raison d’être Vol 1, l’espionne qui aimait

« Natasha Romanov, du KGB au Shield  »

Editeur : Panini comics

Date de sortie : Octobre 2014

Auteurs :

  • écrit par Nathan Edmondson (auteur de Who is Jake Ellis, Batman Black and White)
  • dessiné par Phil Noto

Prix : 14,95€

Format :  Hardcover 128 pages.

Avant de faire partie des Avengers, Natasha Romanov était une espionne et une tueuse au service du KGB. Déjà connue à l’époque sous le nom de Black Widow, elle a laissé derrière elle une longue liste de victimes. Mais elle cherche désormais à se racheter et continue ses missions en suivant ses propres règles. 

Entre deux sollicitations du S.H.I.E.L.D., Romanov utilise donc ses talents d’assassin et d’espionne hors pair pour remplir des contrats proposés par l’intermédiaire de son avocat, Isaiah. Peu regardante sur sa cible, elle tient cependant à ce que tous les fonds récupérés ainsi soient reversés à des œuvres de charité. Voilà comment elle compte racheter auprès du monde cette dette de sang accumulée tout au long de ses années de service auprès du KGB.

Bien évidement la super-héroine se retrouve bientôt face à un ennemi plus gros et plus menaçant qu’il n’y paraît, menaçant non seulement sa propre sécurité mais aussi celle du S.H.I.E.L.D.

Ce qui m’a attiré vers ce titre, c’est son dessin, les dessins de Phil Noto : Un trait fin qui semble tracé à la plume entourant des couleurs sombres inspirées de l’aquarelle. Black Widow, raison d’être est presque un livre graphique : l’histoire met, dans ce premier tome, du temps à démarrer. L’auteur préfère prendre son temps et nous présenter la veuve noire dans son élément. Offrant finalement assez peu de texte et de dialogues, le titre est surtout narré par une voix-off de Natasha Romanov expliquant, le long des cases remplies de scènes d’action, cette volonté de se repentir ou la difficulté d’avoir un foyer.

Du coup, à la fin de ce premier tome, on est assez frustré, car on a l’impression que l’intrigue principale commence à peine. Au moins cela nous donne envie d’acheter la suite…